Jeunesse

Le Jardin secret- Frances Hodgson Burnett

fairy-light-stringMary Lennox, mal-aimée de ses parents, a été abandonnée aux soins de domestiques indiens qui ont laissé libre cours à ses caprices et à son insolence.
À la suite d’une épidémie de choléra, retrouvée seule dans une maison vide, elle est envoyée en Angleterre pour vivre auprès d’un oncle qu’elle n’a jamais connu : Archibald Craven, vieil homme riche et bossu, qui vit dans un manoir isolé du Yorkshire. La nuit, elle y entend l’écho de pleurs venus d’une chambre introuvable.
Mary s’ennuie dans cette sombre demeure, cernée de landes sinistres. Mais en explorant le domaine, elle fait la rencontre d’un rouge-gorge et se laisse guider jusqu’à une clé enterrée. Elle lui donne accès au jardin clos où sa tante aimait à cultiver des roses. Jardin condamné par l’oncle Archibald depuis la mort de son épouse.
Poussée par la curiosité, Mary décide de braver l’interdit et ouvre la porte grinçante. Sa vie ne sera plus jamais la même…

101589676

+- J’ai beaucoup aimé redécouvrir cette histoire, que je connaissais déjà grâce à un dessin animé visionné quand j’étais petite. Cependant, l’histoire est différente ; je m’attendais donc à un renversement de situation que l’on retrouve dans l’adaptation que j’avais visionnée, mais celui-ci n’arrive pas… J’étais tout d’abord un peu déçue puisque j’étais impatiente d’arriver à ce moment crucial, mais après tout cela ne m’a pas laissé un grand vide dans l’esprit et je n’avais pas besoin de ça pour apprécier l’histoire !

+ L’histoire est toute douce, même si elle est un peu piquante parfois dans l’attitude des deux enfants gâtés. L’on découvre un changement de vie pour notre petite héroïne allant avec un changement d’éducation : l’apprentissage du respect, de l’écoute, et tout simplement de l’ouverture aux autres. J’ai adoré cette bouffée d’air frais que le récit apporte (avec une envie impatiente de sortir le nez dehors, d’observer les fleurs et les animaux, de les respirer…).

+ C’est une pause dans notre vie, et j’ajouterais qu’en cette période de confinement elle est d’autant plus appréciée que notre possibilité de courir dans la nature est réduite… Alors, puisque le faire nous est pour la plupart impossible, nous pouvons malgré tout l’imaginer sans trop de difficultés grâce à cette auteure !

Un très bon roman bucolique qui nous permet de nous poser, de penser aux bienfaits de la nature et de la chance que nous avons de pouvoir en profiter (en temps normal).

101589677

Perso. préf. : Dickon qui est charmant, toujours souriant, intelligent, qui adore les fleurs et sait parler aux bêtes !

En quelques mots : doux, idyllique, printanier.

Oeuvre similaire : Anne of green gables de L. M. Montgomery pour ses références à la nature et ses descriptions fascinantes et fleuries.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s