Essais

Les mystères du Trône de fer – Thierry Soulard

fairy-light-stringWords are wind, « Les mots sont du vent ». C’est une phrase qui peu à peu s’installe entre les pages de la saga de George R.R. Martin, Le Trône de Fer. On la retrouve aussi bien dans la bouche de Tyrion Lannister que de Daenerys Targaryen ou de Jon Snow, dans des contextes très différents. Mais sous la plume de George R.R. Martin, cette expression devient indice. Les mots sont du vent, c’est le rappel que les mots sont magiques, car polysémiques. Chargés de sens, mais de sens multiples et changeants.
Avant d’être un monde de dragons, de complots et de trahisons, l’univers de Trône de Fer est un monde de mots. Décrypter ces mots, et les multiples indices littéraires laissés par George R.R. Martin, permet de mieux comprendre les intrigues du livre et la portée de l’oeuvre.
George R.R. Martin est-il vraiment un écrivain à l’imagination fertile mais au style basique, comme on le croit trop souvent ? Comment a-t-il fait pour captiver autant de lecteurs avec des mots d’apparence si simples ?
Des procédés littéraires de l’auteur culte aux différentes théories qui en découlent, Les Mystères du Trône de Fer est un ouvrage incontournable pour comprendre pourquoi et comment George R.R. Martin a révolutionné l’écriture et la littérature de fantasy.

101589676

+ Tout d’abord, j’ai beaucoup aimé la grande importance donnée à internet et rappelée dans ce livre. En effet, l’auteur fait partie de La Garde de Nuit, une association « visant à regrouper tous les amateurs francophones de la saga […] et à rassembler les connaissances sur son univers » comme il est expliqué au début de l’ouvrage : il connaît l’importance de la collaboration, de l’échange entre fans et néophytes pour appréhender les mondes aussi vastes que ceux de Martin. Ainsi, il fait de nombreuses fois références au site de la Garde, aux interviews et au blog de Martin je ne connaissais même pas son existence!)… qui sont autant de mines d’or d’informations !

+ j’ai également adoré la part belle donnée à la traduction, et son travail difficile. Encore plus en ce qui concerne l’oeuvre de Martin et ses multiples jeux de mots dévoilés à contrecoup. Par exemple Varshé Hèvre / Vargo Hoat qui avait tout d’abord échappé au traducteur français, mais il n’avait alors aucun moyen de prévoir l’avenir : Thierry Soulard souligne qu’aucune faute ne lui incombe et qu’il a fait du mieux qu’il pouvait avec les outils à sa disposition, Amen ! En tout cas, ça m’a donné bien envie de lire directement la VO… Malheureusement, je n’en ai pas encore le niveau !

+ justement, cet ouvrage est accessible à tous ! Je n’ai lu pour l’instant que « Les Chroniques du chevalier errant », et j’ai pourtant tout saisi : l’auteur réalise de nombreux rappels, que ce soit par rapport à la série TV ou aux livres, ou encore dans son ouvrage, et détaille chacun de ses propos. Et puis, si vous avez comme moi un doute sur un personnage, vous pouvez toujours vous rendre sur le site de la Garde pour vous rafraîchir la mémoire !

+ Enfin, rappelons que la plupart des paroles de l’auteur ne sont que des spéculations, qui se révéleront justes ou fausses par la suite. Suivant si un personnage emprunte tel ou tel chemin, épouse telle personne, son blason peut se modifier et ainsi correspondre à une prophétie notamment. Les mots, comme le vent, peuvent rapidement changer de voie ! Cependant ces théories sont très bien menées et s’appuient sur des indices pointus.

Grâce à cet ouvrage, nous pouvons nous rendre compte du travail titanesque de Martin. C’est un véritable joaillier qui cisèle chacune de ses paroles, qui rend « les mots [aussi légers que] du vent » malgré leur importance d’envergure. On pourrait passer des années à analyser ceux-ci, et arriver à des dizaines de théories divergentes. Or Thierry Soulard s’avance et nous donne à voir des pistes plus que prometteuses, tout en nous encourageant à aller en dénicher nous-même !

101589677

Chapitre préf : J’ai beaucoup aimé les parties dédiées aux prophéties et aux Léviathans/Moutons/Fous (je prêterai d’ailleurs attention à ces termes lors de ma lecture du Trône de fer!). En plus, un parallèle avec Star Wars est rapidement évoqué, même si peu abouti (quid d’Anakin et Kylo Ren en tant que Moutons ?).

En quelques mots : enrichissant, rigoureux, monumental.

Oeuvre similaire : « Tolkien et la religion » de Leo Carruthhers, qui éclaire quant à lui, mais tout aussi brillamment, l’oeuvre de J.R.R !
(J.R.R. // G.R.R. : il n’y a que moi que cela amuse ?) 

Publicités

1 réflexion au sujet de “Les mystères du Trône de fer – Thierry Soulard”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s