Poésie

Ecueils de poésies – Alexandre Majorczyk

fairy-light-string

Et cueille ces écueils
Où mes rimes se bousculent.
Ils remplissent ces recueils
Blanchis, au crépuscule.

Cachées par l’orgueil,
Mes pensées effeuillées,
Jettent un coup d’oeil,
À la mer esseulée.

Et se couvrent les reflets
D’une éclipse noctambule
Sur cette eau troublée
Cataclysme incrédule.

Voici le premier ouvrage de l’auteur, composé de trois recueils:  Les âmes perdues – 78 poèmes sur le thème des perdition,  Visions dans l’étang, et tant de pensées – onze paires de poèmes écrits à Lure,  La fin n’est que le début – histoire rimée d’un cataclysme, fantaisie noire aux accents lovecraftiens. Le poème « mon Violon » a été publié dans la revue du Cherche-Midi parmi les 8 poèmes retenus pour le concours Teranova 2004

101589676
+ le recueil est divisé en trois parties : les deux premières composées de poèmes aux formes et thèmes divers, et la dernière en un long poème narrant une histoire si l’on peut dire. Et quelle beauté que ce poème filé, entrecoupé de « refrains », je l’ai adoré ! C’était une idée très originale d’une part, et puis on ne peut s’arrêter dans notre lecture. Je ne sais pas vous, mais je préfère savourer les poèmes avec deux lectures ou trois par jour mais rarement plus; or ici je n’en ai pas ressenti le besoin ou l’envie… C’est un hymne au spleen et à l’amour, les thèmes du recueil condensés magnifiquement dans ces quelques pages…

+ entre les sonnets, les élégies, les blasons, les versets, les assonances, les comparaisons… On revoit tout notre lexique relatif aux analyses de poèmes sans s’en rendre compte, puisqu’ils nous aident à être transporté et sont plus que de simples outils. « Rêve d’un passant » par exemple m’a rappelé le groupe Fauve qui avait aussi une mélodie captivante, des rimes et des images entêtantes…

+ Le mélange des registres qui était d’abord surprenant s’est révélé pas si mal : cela donne un élan vif aux écrits

+- l’auteur s’améliore d’ailleurs : je trouvais quelques poèmes de la première partie assez « facilement » menés, avec un rythme binaire et des rimes trop faciles (pour le poème « Le Cimetière en larmes » les rimes mort/fort, décor/alors, encore une rime avec alors…). Je n’aime pas ce type d’art, qui pourrait être réalisé par n’importe qui; cependant comme je l’ai dit la plupart des poèmes sont différents et tellement plus recherchés! Les mots coulent alors et l’on est enivré par ces petites écorchures ou amour passionnels qui nous sont offerts.

+ je ne peux vous résumer ces poèmes ou vous citer entièrement « La fin n’est que le début », alors je vais vous citer un passage de l’un de mes préférés pour vous en faire apprécier la beauté :

« De mon violon, je pensais
Quand tout était infâme
Qu’il pouvait renverser
Les plus hautes montagnes

De mon violon, je touchais
La solitude de l’âme
Soldat défait, je l’étais
Après cette guerre sans armes »

– Mon violon, p.16.

Un très bon recueil donc, qui va en s’améliorant sur une pointe déchirante et somptueuse ! Ce voyage fut un réel plaisir, et je garde mes poèmes préférés sous la main pour des relectures émouvantes…

101589677

Poème préféré : « La fin n’est que le début » dont j’ai tellement parlé !

En quelques mots : poignant, étonnant, fabuleux même si parfois les poèmes ne m’ont pas touchés, comme dans tout recueil…

Oeuvre similaire : les oeuvres du collectif Fauve.

1 réflexion au sujet de “Ecueils de poésies – Alexandre Majorczyk”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s