Beaux livres

(D)écrire la beauté – Sophie Chauveau

fairy-light-stringComment fixer la beauté en une anthologie ? Comme on épingle des papillons ? Oh non !
Et d’abord, pourquoi s’enfermer dans le singulier puisque par essence la beauté est toujours plurielle ?
Sophie Chauveau nous invite à un parcours singulier qui éveille notre curiosité, stimule notre réflexion, nous fait magnifiquement voyager dans les temps et dans les arts.  A sa voix répond celle des écrivains, poètes, penseurs, artistes qu’elle convoque, dans son œil se reflètent tableaux, photos, sculptures qu’elle offre à notre regard. 101589676Sophie Chauveau vous l’expliquera mieux que moi :

Les beautés marchandises n’auront pas droit de cité ici. Seule la grande, la vraie, celle qui depuis la plus haute antiquité tient en éveil artistes, amoureux et amateurs, se cherchera au fil de ces pages. Celle que tout un chacun ne se trompe jamais en la constatant.
L’approcher, s’approcher de la beauté sans s’y brûler, voilà l’enjeu.
La cerner, l’identifier, reconnaître ses critères successifs, les thématiser, voilà [l’enjeu] de cet ouvrage.

+ une sélection donc non exhaustive et subjective, en grande partie très belle, en tous cas diverse. Elle balaie toutes sortes de courants artistiques de plusieurs pays comme de supports différents (peintures, sculpture, littérature, architecture…). Une très belle découverte pour les néophytes, et une plongée nostalgique pour les autres ! Mention particulière aux citations de Baudelaire, à Bosch, à l’Ophélie de Millais, Manet, la Vanité de Van Der Vinne…

+ la poésie de l’auteure fait de ce regroupement d’oeuvres d’art une oeuvre à part entière : « La beauté, c’est l’air du temps ! L’air de rien. Mais rien de trop. Jamais ».

– quelques coquilles oubliées (« le plus grande peinture »… Oups!).

+ après une introduction historique, place à quelques oeuvres représentatives accompagnées tantôt d’éclairage philosophique (Kant et son analyse du jugement du beau comme tendant vers l’objectivité et l’universalité), d’extraits d’ouvrages littéraires, de références architecturales (et même merveilleuses, telles la Grande Muraille ou le Taj Mahal)… Bref vous l’aurez compris, ce livre tient de l’essai d’arts comparés et on aime ça !

+ le panel se compose de classifications en « corps parfaits », « âme pure », « inquiétante beauté, « tombés du ciel », ainsi que « le passage du temps ». L’avant-dernier, malgré un titre tentant, ne m’a pas tant attiré puisque composé d’architecture, de peu de paysages et surtout de sorte de taxidermie plastique… Par contre, l’inquiétante beauté et le passage du temps étaient captivants, mélancoliques et paradoxales à souhait !

Je pourrais encore passer des heures à vous décrire cet ouvrage, tant il est riche et éclectique… Malheureusement il faudra m’arrêter là pour vous laisser le plaisir de le découvrir à votre tour. Je vous conseille alors fortement de vous le procurer !

Merci à la Masse critique et Romane des éditions Omnibus pour l’envoi !

101589677

Panel préféré : L’inquiétante beauté : suicide, chair déformée, dénuement (Baudelaire), mort, ensommeillé, choc des représentations, belle et la bête, exotisme… Bref du romantisme et de la mélancolie comme j’aime !

En quelques mots : remarquable, poétique, esthétique.

Livre similaire : ?

Publicités

1 réflexion au sujet de “(D)écrire la beauté – Sophie Chauveau”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s