Dystopie

The Curse – Marie Rutkoski

IMG_20171215_122656_592

fairy-light-string

Gagner peut être la pire des malédictions… Fille du plus célèbre général d’un empire conquérant, Kestrel n’a que deux choix devant elle : s’enrôler dans l’armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n’est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la  » malédiction du vainqueur  » : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l’objet de sa convoitise. […]

101589676

+ des stratégies mises au point, tant du côté de Kestrel que du côté d’Arin, que j’ai eu plaisir à découvrir! Vous savez, ces stratégies de bataille comme dans LOTR avec la ruse de Grand Pas et son armée des morts arrivant par le bateau de l’ennemi, ou dans le Hobbit avec celle des Orques et leurs codes par drapeaux (ouais ok, sacrilège de comparer Tolkien à cette auteure mais voilà il me fallait un bon exemple!).

un roman long à démarrer… Mais vraiment très long à démarrer… L’action arrive après pas moins de 300 pages, c’est énorme 😫 Je commençais à m’interroger sur le bien fondé de toutes ces critiques élogieuses que j’avais pu voir sur ce roman..

+ puis j’ai compris après ces 300 pages : chacun des 2 héros est tiraillé entre l’autre et son propre peuple, entre l’amour d’un être et l’amour d’une patrie.. Le questionnement que cela amène est profond ! En effet, que choisiriez-vous ? Vengeance, clémence ? Libérer son peuple au détriment de la survie de son amour ? Peut-on aimer son « bourreau » et que faire dans ce cas ? Alala c’était passionnant !

Au final je suis contente d’avoir surmonté les 300 pages inutiles pour plonger dans ce monde pseudo-victorien rempli de choix et sacrifices !

101589677

Perso pref : Kestrel. On peut dire qu’elle n’a pas choisi d’être du côté des premiers vainqueurs, et elle reste fidèle à elle-même tout le long, au contraire d’Arin. Elle n’a pas de mauvais fond et ne cherche pas vengeance, franchement bravo 👌

En quelques mots : long, tiraillements, stratégie, amour vs devoir.

Livres similaires (en mieux) : Fahrenheit 451, Divergente 3, Hunger Games, Les âmes vagabondes.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s